Test et review du Banana Pi, clone du Raspberry Pi


Achtung : Dieser Artikel wurde automatisch von Bing Translate übersetzt


Advertencia : Este artículo ha sido traducido automáticamente por Bing Translate

Quand on m’a proposé de tester le Banana Pi je dois dire que je suis un peu devenu comme un gamin à quelques jours de Noël : « chouette un nouveau jouet ». Alors quand aujourd’hui, j’ai un coup de fil me disant « tiens tu as reçu un paquet, ca doit être ton truc machin pi », je suis devenu tout fou, pressé de le tester. Et c’était bien lui !

Raspberry Pi Home Server - Banana Pi board

Une fois déballé, je me suis posé la question de : comment tester et partager avec vous sur quelque chose qui a déjà été vu et revu sur différents sites … Ben j’ai pas trouvé. Donc je vais vous livrer mes impressions comme elles sont venues.

Le matériel

Ici, vous le savez surement tous, le Banana Pi est plus performant que le Raspberry Pi. Les principales différences importantes pour moi :

  • Le CPU qui est un ARM Cortex-A7 dual-core cadencé à 1Ghz par défaut.
  • La mémoire de 1Gb en DDR3
  • Un port Ethernet 10/100/1000 Mbits
  • 2 ports USB gérés directement par l’A20 donc pas de partage de bande passante avec l’Ethernet !

C’est ce qui fait déjà une belle différence. Après vous avez des nouveautés supplémentaires comme par exemple un port USB OTG, un port SATA, trois boutons (dont un pour faire un reset) et un capteur infrarouge.

Bref, pour le moment sur le papier c’est bien tentant.

Coté points communs, on retrouve une sortie HDMI (v1.4), une sortie Jack 3.5mm, une sortie vidéo Composite, un port LVDS (pour les écrans LCD) et un port CSI (pour les caméras).

Le gros point commun, et ça c’est une excellente nouvelle, c’est les 26 ports GPIO qui sont identiques à ceux du Raspberry Pi ! Donc en théorie les cartes qui vont sur le Raspberry vont sur le Banana (on verra plus tard si la théorie rejoint la pratique !)

Coté lacune, comme le Raspberry Pi, pas d’horloge RTC ! Je trouve ça dommage pour les projets de robotique ou de ballons dans l’atmosphère 😉 Autre petit point négatif vu sur différents sites, le GPU (un Mali 400) serait moins performant que celui du Raspberry. Enfin pas de port DSI, un LVDS à la place.

Vous l’aurez compris, coté matériel, le Banana Pi est vraiment séduisant. Ceux qui cherchent de la performance brute seront servis.

Les GPIO

Raspberry Pi Home Server - Banana Pi GPIO

Je voulais regarder un peu de ce coté de manière un peu plus précise car c’est pour moi important sur le Raspberry. Même si vous pouvez constater dans mes différents articles que je suis plus « spécialiste » logiciel qu’électronique, pour moi c’est l’élément qui fait toute la différence et qui donne des idées de projets souvent exceptionnels.

Ceci dit, la première étape a été de vérifier la compatibilité des cartes existantes sur le Raspberry sur le Banana. Enfin quand je dis les cartes c’est plutôt celles que j’ai à la maison :

  • Une Gertboard
  • Une Gertduino
  • Une PiFace

Résultats :

Raspberry Pi Home Server - Banana Pi additional boards

La carte Slice of Pi est fine donc aucun soucis. La Gertduino a un petit tampon qui la fait reposer sur les ports USB, comme pour le Raspberry.

Enfin la Gertboardne ne s’enfiche pas totalement mais là aussi comme sur le Raspberry. Les soudures touches les ports USB et avec l’électricité statique est-ce qu’il peut y avoir un risque ? Je ne sais pas mais je trouve ça un peu bizarre.

Coté logiciel, lemaker vient de sortir une nouvelle release de sa distribution qui assure la compatibilité de la carte avec les librairies wiringPi et RPI.GPIO. Vous devriez donc pouvoir réutiliser vos programmes sans crainte.

Les tests

Voici comment j’ai procédé.

  • Nouvelle configuration
    Réaliser une installation à partir de la distribution officielle (1.3Gb à télécharger) et voir si ca se passe aussi bien que pour le Raspberry. Si vous le souhaitez vous trouverez des images de Fedora, Lubuntu, ArchLinux, OpenSuse et même Android (version 4.2-2.0).
    Une fois l’image de 1.3Gb téléchargée, décompressée (3.6Gb !) la copie sur la carte SD se fait comme pour le Raspberry. Ensuite le login. Galère pour trouver le bon user : root/bananapi.

    Raspberry Pi Home Server - Banana Pi free memory

    La mémoire de 1Gb est bien là 🙂


    Raspberry Pi Home Server - Banana Pi gigabit ethernet

    Débit de 1258kb/s pour la mise à jour du système.

    Raspberry Pi Home Server - Banana Pi kernel update

    Le noyau 3.4.90

    Pour le reste, on retrouve tout ce qui fait le bonheur d’un possesseur de Raspberry : raspi-config, les librairies RPI.GPIO, wiringPi, etc.
    PRaspberry Pi Home Server - Banana Pi running raspi-configour le fun j’ai pris la carte SD pour l’insérer dans un Raspberry Pi model B. Aucun soucis pour le démarrage. Le kernel passe en version 3.12.22, X est bien lancé et le SSH fonctionne sans soucis.
    Capture d’écran 2014-08-14 à 19.21.14

  • Une carte d’un Raspberry Pi existant
    Je me suis dit que si c’est si compatible que ça avec le Raspberry alors si je prends une carte SD avec déjà une distribution, est-ce que ça va fonctionner ? J’ai pris la carte que j’avais faite pour cet article sur Owncloud 7. Branchement de la carte réseau, de l’alimentation et …. rien. Juste la led rouge qui s’allume, rien de plus. J’ai utilisé nmap pour détecter le Banana sur le réseau mais il n’est pas apparu. Donc je n’ai pas fait d’autres tests mais prendre une carte SD d’un Raspberry Pi et la mettre dans le Banana ne semble pas fonctionner. En revanche, la distribution officielle du Banana est compatible avec le Raspberry. Donc si vous voulez un jour passer sur le Banana, utiliser plutôt cette distribution (si elle est assez stable !).
  • Performances
    Alors là ne vous attendez pas à des tests et autres benchmark, je vous donne juste mes impressions avec aucune valeur scientifique (oui rien que ça). Le boot est rapide. Moins de 10s avec la version qui contient X11. En allégeant la distribution ca doit pouvoir démarrer beaucoup plus vite.
    Là où la différence se fait sentir c’est pour les téléchargements. Sur une connexion en filaire, les débits sont vraiment plus importants et ca se sent. Pour moi c’est un confort non négligeable.
  • XBMC
    Bon là c’est un peu un test pipo car j’en connais à l’avance le résultat 😉 Mais c’est toujours bon de le signaler : pas de support XBMC pour les processeurs A20. Donc n’achetez pas un Banana si vous voulez le mettre derrière votre télé !

Ok ce n’est pas les meilleurs tests mais je pense que ca représente les capacités du Banana Pi.

Et le support dans tous ça ?

Car oui c’est chouette cette carte mais au final en cas de soucis comment fait-on ? A-t-on facilement de la documentation ou de l’information sur ce qui est spécifique au Banana ? Il y a bien un wiki qui ressemble ou plutôt tente de ressembler à eLinux mais de nombreuses pages sont vides pour le moment. Du coup quand je cherche des informations sur les bus I2C (à priori il n’y en a pas qu’un), ben je trouve pas forcément beaucoup d’informations. Pour moi ca reste un gros frein pour faire la bascule.

Conclusion

Malgré de très bonnes performances pour un prix un peu plus élevé que le Raspberry Pi, je pense que le Banana Pi cible des projets particuliers où il faut une puissance et de la mémoire. De plus la non compatibilité (pour le moment) avec XBMC est pénalisante et c’est bien dommage avec un récepteur infrarouge intégré ! De plus, la compatibilité avec certains éléments ne semble pas être totale. Je pense à une RTC par exemple, d’après hardware-libre, une DS1307 ne fonctionne pas. Peut-être à recompiler le noyau mais bon …

Mon avis personnel est que je vais surement remplacer mon petit serveur et le migrer sur le Banana. Dessus j’ai la gestion Timemachine de mon Mac, du rsync, du Transmission, Minidlna, un serveur Web, un gestionnaire d’impression CUPS pour le AirPrint, un enregistreur de sondes, bref pas mal de soft où je fais attention à ne pas tout utiliser en même temps 😉 Pour les autres projets, je resterai certainement sur le Raspberry mais surement plus par « idéologie » que par lacunes sur le Banana.

Voilà, n’hésitez pas à donner vos impressions et avis dans les commentaires ou même si vous avez des questions sur la carte !

Et merci à lemaker.org pour l’envoi de la carte !

+
– Le processeur plus performant avec l’A20– Le prix. Oui, il n’y a pas une grosse différence mais quand même
– 1Gb de mémoire– Le coté sentimental. Ben oui, c’est pas un Raspberry et puis les objectifs de la société lemaker ne sont pas les mêmes que la fondation Raspberry !
– Un port Gigabit Ethernet– La communauté. Grâce à la compatibilité avec le Raspberry Pi, il existe du support. Mais pour ce qui est spécifique, c’est plus difficile
– Un VRAI port Ethernet qui n’est pas partagé avec les ports USB !– XBMC n’est toujours pas compatible
– La compatibilité des ports GPIO avec ceux du Raspberry Pi– Pas de support de la Pi Cam
– Possibilité d’installer Android– Pas d’horloge RTC intégrée
– La distribution officielle est compatible avec les Raspberry– Les boitiers Raspberry sont non compatibles
– Les cartes SD de Raspberry ne sont pas compatibles. Si vous migrez il faudra refaire une installation
Vous aimez cet article ? Supportez-moi sur Patreon!

Vous aimerez aussi...