How to monitor the quality of air through Raspberry Pi (and inexpensively) ?

Warning : This article has been automatically translated by Google Translate



pollution

C’est ce qu’a réalisé l’association “Le Labo Citoyen” avec leur projet de capteur de pollution fait maison tout en open source.

Le projet se compose de deux éléments :

  • Le boitier : composé de capteurs Alphasense B4-series (env. 110€), un Rapsberry Pi (env. 30€), un convertisseur de signal Sigma/Delta (env. 30€), une batterie USB 8Ah (env. 30€) et un module Huawei E220 GRPS USB pour la transmission des données (env. 35€)
  • ThingStream : une plate forme de stockage en ligne créée et développée par l’association. Elle utilise semble-t-il les serveurs soit de l’association soit un serveur personnel.

Leur boitier permet de contrôler la composition de l’air en ozone (O3), dioxyde d’azote (NO2) et dioxyde de soufre (SO2). Les données sont ensuite envoyées via GPRS grâce à un forfait à 2€/mois (elles pourraient aussi être sauvées sur une carte SD pour être relevées plus tard)

Si on tient compte du boitier qui coute dans les 10€, l’ensemble a un prix de revient environ 255€. Il y a moyen de faire baisser la note en ne prenant pas la batterie, le dongle GPRS et achetant tout ça sur un site de vente directe des usines chinoises !

Si vous voulez surveiller ce que vous respirez, toutes les infos sont disponibles sur le wiki de l’association.

Le slogan de l’époque de nos parents (ou grand-parents pour les plus jeunes) “En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées”, peut maintenant se transformer en “On a de la pollution mais on a des idées” !

Vous aimez cet article ? Supportez-moi sur Patreon!

You may also like...