Maison connectée – Test des ampoules Wi-Fi Sonoff B1 et Slampher

Malgré toute un stock de Raspberry Pi, Orange Pi, Banana Pi, Arduino etc, pas vraiment de domotique à la maison. Même ma femme n’en peut plus du vieux thermostat à contact avec un variateur pourri. Donc il était enfin temps de se lancer et ca commence par une ampoule LED et un adaptateur lui aussi pour ampoule.

Alors je précise qu’une fois n’est pas coutume, on m’a offert ces objets pour que je puisse les tester (les liens ne sont pas affiliés).

Les objets

Mon premier objet connecté est une ampoule LED Sonoff B1.Derrière ce nom de code se cache une ampoule E27 à LED dont vous pouvez régler l’intensité mais aussi la couleur, le tout via Wifi.

Le fabriquant annonce une équivalence 60W (80% d’économie d’énergie, etc etc). Je pense qu’on est un tout petit peu en dessous quand on est en lumière blanche (froide ou chaude). Par contre comme le blanc est généré par les LED RGB, si vous choisissez une autre couleur (rouge par exemple), vous serez loin des 60W.

Coté tarif, le fabriquant propose cette ampoule à 15.04€.

Deuxième objet : le Slampher. Derrière ce nom bizarre, un adaptateur toujours E27 pour brancher et connecter une ampoule classique que vous posséderiez déjà par exemple.

Ce périphérique a toute fois plusieurs différences par rapport à la B1. La première est qu’il n’y a pas de gestion de variation. La seconde c’est que contrairement à la Sonoff B1, il y a ici deux modes de contrôles à distance : le wifi et le 433Mhz.

Par contre il peut être assez gros par rapport au luminaire donc attention à l’esthétique comme ci dessous

Et pour le prix, comptez 7.10€ (au lieu de 10.03€ au moment de la rédaction de cet article)

Utilisation au quotidien

Pour pouvoir démarrer le plus rapidement possible, je dois reconnaitre que je n’ai pas cherché à installer une solution comme Domoticz (j’y reviendrai plus tard). J’ai donc suivi les instructions du fabriquant en installant l’application eWeLink sur mon téléphone (Android mais aussi testée sur un iPod).

Pour connecter la B1, il suffit de la brancher, puis de l’allumer et de l’éteindre 3 fois en attendant à chaque fois 2 secondes entre chaque changement d’état. L’ampoule se retrouve alors visible dans l’application et rejoindra votre installation. Pour la Slampher, autre méthode de configuration : appuyer plus de 7 secondes sur le bouton pour que la lumière clignote et là aussi votre ampoule devient visible sur votre application.

L’application il faut le dire est assez basique et mal traduite. Si vous n’êtes pas trop regardant vous vous y retrouverez quand même très facilement pour les utiliser. C’est un peu plus délicat mais pas insurmontable pour des scénarios d’usage.

Inconvénient principal à mon sens : devoir créer un compte avant d’utiliser le matériel. J’aurais aimé quelque chose qui vient moins utiliser mes données personnelles et qui reste indépendant à l’intérieur de mon réseau Wifi.

J’ai testé l’ampoule Sonoff B1 dans un premier temps comme une lumière d’appoint dans mon séjour. Puis elle est maintenant installée dans la chambre de ma fille qui l’utilise pour lire le soir. Grâce aux réglages, la lumière est légèrement bleutée, d’intensité pas trop élevée. Et par l’application, il y a une coupure automatique pour éviter les abus 🙂

Evolutions de la solution

Alors on a vu que la solution se pilote très bien via l’application officielle du fabriquant. Mais comment faire pour ceux qui ont déjà une installation domotique chez eux ? Là ca se complique. La solution n’est franchement pas ouverte. Il n’y a pas d’API et l’intégration dans des solutions domotiques ne pourra se faire que via des manipulations que je trouve assez complexe pour des débutants pour flasher l’ESP2866 qui est utilisé pour la gestion du Wifi. Ceux qui connaissent le site de Tinkerman, vous pouvez voir comment faire pour flasher votre Slampher. En passant par un Raspberry Pi et la librairie RCSwitch, vous pouvez aussi étudier le protocole utilisé pour pouvoir ensuite le reproduire. On a connu plus simple quand même !

Idem pour la Sonoff B1 qui semble pouvoir bénéficier d’un firmware Tasmota pour pouvoir ensuite en prendre le contrôle via un MQTT simple ou un Nore-RED.

Ces possibilités sont aussi celles proposées par le fabriquant quand j’ai demandé un accès à leur API et qu’on m’a dit qu’il n’y en avait pas (au moins on m’a donné des pistes plutôt que de me dire non …)

Sinon autre usage plus simple : la gestion multiple. Chez moi je n’ai pas vraiment une seule lampe principale mais plusieurs petites sources de lumière.

Il existe toujours dans la même gamme du constructeur, des interrupteurs Wifi qui viennent remplacer vos interrupteurs standards et qui peuvent alors commander une ou plusieurs sources. Idéal pour éviter les grosses prises 433Mhz. Certains interrupteurs offrent même la possibilité de gérer des groupes sans passer par votre téléphone.

Conclusion

Si l’ampoule LED Sonoff B1 est une bonne occasion de montrer à vos amis ce qu’est une ampoule connectée, le Slampher est une solution faible coût pour connecter vos luminaires en faire une solution domotique simple.

Par contre je trouve que l’application eWeLink est peu facile à prendre en main ce qui rend l’utilisation des fonctionnalités de scénarios pas très pratique.

Pour ceux qui ont la chance d’avoir un assistant à la maison comme Amazon Echo ou Google Home, sachez que les deux périphériques sont annoncés comme compatibles. Il sera alors surement plus facile de les utiliser dans cette configuration que par l’application officielle. Quand ces appareils seront disponibles en français …

Pour moi une solution technique relativement abordable qui peut permettre de mettre en place des solutions pour l’éclairage ou gérer certains appareils électriques. Mais à bien préparer et réfléchir à l’avance pour ne pas se perdre. Moi en tout cas ca m’a donné envie d’aller un peu plus loin. Dommage que ce ne soit pas ouvert pour pouvoir en profiter sur un Raspberry Pi.

Vous aimerez aussi...