La guerre des clones !

L’explosion du marché des nanos ordinateurs est quelque chose qui n’est plus à démontrer. On commence même à en parler dans de médias grands publics. Orange, Banana, Raspberry. On baigne dans une vraie salade de fruits. Au point que lorsque l’on arrive dans ce monde, on peut bien se demander qu’est ce qui fait la différence entre chaque carte et comment faire son choix.

raspberry pi - orange pi - banana pi

L’arrivée du Raspberry Pi a donné de nombreuses idées aussi bien à l’enseignement, qu’aux bidouilleurs mais aussi à d’autres entreprises dont certaines n’hésitent pas à copier ouvertement le concept. Mais c’était aussi sans compter sur l’arrivée de la vague IoT (comprendre les objets connectés) qui les a rendu encore plus populaires.

Trop de clones, tuent les clones

the-attack-of-the-clones

En regardant du coté des fabricants, nous avons l’embarras du choix (et j’en ai surement oublié) : la fondation Raspberry pour les Raspberry, Lemaker pour les Banana Pi, Shenzhen Xunlong Software pour les Orange Pi, HardKernel pour les Odroid, SolidRun pour les HummingBoard, BeagleBone, Acme Systems pour l’Arietta G25 et bien d’autres, sans compter Intel avec Galileo et Windows IoT. Déjà ici on ne sait plus vers qui se tourner.

Cela devient encore plus compliqué lorsque l’on se penche sur les détails des cartes. Chaque fabricant en propose plusieurs, perdant un peu plus le néophyte (mais pas que) lorsqu’il se pose la question de ce qu’il doit choisir. Certains diront que cela dépend de ce qu’il veut en faire mais même en ayant une idée le choix n’est pas aussi trivial. Je vous avez déjà parlé de la Banana Pi il y de cela quelques mois où la conclusion était (dans les grandes lignes) que malgré une puissance plus élevée pour la banane, la framboise avait plus d’adorateurs et une autre approche dans son développement. Choses pas forcément visibles au premier abord.

En plus de cela, une chose amusante (enfin je trouve) est la présentation de certaines de ces cartes sur des sites en .org donnant une impression que l’on ne va pas engraisser des grosses sociétés mais que l’on a plutôt affaire à une communauté de passionnés, que le prix de la carte n’est là que pour aider à en faire une nouvelle version améliorée. Si pour certains c’est le cas comme la fondation Raspberry qui l’a affiché dès le début, je ne suis pas convaincu que ce soit le cas pour des cartes comme l’Orange Pi ou Banana Pi où cela sent bon le marketing savamment calculé (oui c’est le principe du marketing …).

Le Raspberry Pi, une longueur d’avance ?

L’arrivée du Raspberry assez tôt sur le marché lui a permis de se développer dans de nombreux projets industriels. Ce qui lui assure derrière une visibilité mais aussi une reconnaissance publique. Le fondateur de la fondation a rencontré la reine Elizabeth II, pas dit que les autres fabricants aient eu cette occasion.

Buckingham-Palace

Cet effet boule de neige lui permet d’entretenir une image forte et vertueuse, d’attirer une communauté grandissante autour de qui est devenu un phénomène qui n’est plus réservé qu’aux nerds.

Alors est-ce que le Raspberry Pi est la meilleure carte ? Non. Pour moi les autres constructeurs ont repris l’idée avec plus ou moins de succès. Certains se sont basés sur les performances pures, la mémoire, les connecteurs, la taille, la consommation, la compatibilité, le prix, etc.. Mais ce qui je pense à fait la différence dès le début, c’est le principe même de la fondation et le souhait de permettre aux plus jeunes d’accéder à l’informatique. Dès lors le coté purement technique n’avait plus autant d’importance, chaque acheteur ayant le sentiment de faire parti d’une belle aventure, tout en se faisant plaisir.

Il y a surement d’autres critères qui rentrent en jeu, car si c’était aussi simple, le programme caritatif One Laptop Per Child n’aurait pas eu autant de difficultés à émerger (a-t-il seulement émergé ?). Je pense que le travail de communication de Liz n’y est pas pour rien !

community-management-relation-client

Et quand bien même la technique est importante pour certains ? Voilà que la fondation nous annonce une version 2 qui, sans combler tous les retards (où est mon Gigabit Ethernet !), rattrape partiellement ses concurrents, avec même la surprise du support Windows 10 qui selon moi offre encore de nouvelles perspectives d’utilisation, que l’on soit pour ou contre Microsoft. Cela montre encore une fois la notoriété que possède la fondation en attirant ce genre d’entreprise.

Mais alors qui choisir ?

quel nano ordinateur choisir

Pour le plaisir, j’ai quand même voulu illustrer la difficulté du choix d’une carte en prenant six constructeurs et en les comparant rapidement entre eux. Pour cela j’ai pris seize des cartes qui me semblent être assez connues et j’en ai fait un petit tableau (en english pour permettre à chacun de le lire) :

raspberry pi clones

Si vous constatez des erreurs n’hésitez pas à me les signaler.

Est-ce que ça simplifie les choses ? Pas dit ! Ne pas avoir une fonctionnalité ne signifie pas forcément d’être moins bon. L’Arietta G25 manque de fonctions mais sa taille et consommation réduites offrent d’autres avantages.

Comme je vous le disais, le Raspberry Pi n’est pas la meilleure carte d’un point de vue technique. Mais elle reste pour moi celle qui répond à la majorité de mes besoins et en plus possède une éthique que je trouve positive, particulièrement dans le milieu électronique où généralement seule la réduction des coûts fait foi. Elle reste donc pour moi indétronable.

Voilà mon partage d’idées sur le sujet. Il ne s’agit en aucun d’une vérité absolue ni d’une analyse journalistique approfondie, juste le reflet de mon opinion qui peut être bien entendu critiquée, dans le respect mutuel de chacun !

Vous aimerez aussi...

  • alex Uper

    j’aimerai bien l’avis d’un spécialiste qui ai testé le VoCore ….

  • Gigabit, SATA ou USB3.0 et qlq ports I/O analogiques comme sur Arduino voilà ce qu’il nous faut pour le Raspi 3 car avec le RasPi 2 le proc et la RAM sont OK maintenant.

  • Le PCduino à un peu été oublié dans la bataille.

    • Effectivement. Un de plus à ajouter à la longue liste. Idem
      Pour les cubieboard dans le tableau

  • Mmega

    Quelques erreurs à signaler dans votre tableau : Vous exprimez la RAM en b (bits) or ce sont des B (Bytes / Octets) ex : le Raspberry Pi n’a pas 512Mb mais 512 MB de RAM.
    Autre erreur : le Banana Pi possède une horloge RTC.

    • Le banapi pi n’a pas de rtc sauf par adjonction d’un module. En tout cas le mien n’en a pas et les specs de lemaker n’en parle pas

  • Mmega
    • Ok je dois être vraiment aveugle car pas moyen de trouver dans les specifications cette horloge ! Je trouve dommage que ce ne soit pas plus mis en avant (au moins dans la catégorie others à côté du capteur infrarouge)

  • Mmega

    Apparemment l’horloge RTC est intégrée dans le processeur (Allwinner A20 / cf datasheet du processeur)

  • Bonjour,

    Aux caractéristiques techniques présentées ici, il ne faut pas oublier un autre paramètre : c’est la qualité de fabrication et la fiabilité qui en dépend.

    J’ai, par exemple commandé une Orange Pi standard, malheureusement sur 2 modèles reçus aucun des 2 n’a fonctionné (un pb de chip ethernet HS, pour la première et pas de comm Isb sur la seconde)

    Du coup je jette l’éponge et me rabat sur des valeurs sûres ( la framboise) et arduino.

    Même si mon cas n’est pas une généralité, on ne peut ignorer que si votre modèle à un PB alors le temps devient très long, sans parler des coûts de retours à vos frais.

    Bref la vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille…

  • Amit

    Salut,
    Grande compilation de toutes les options disponibles.
    Ce qui serait également utile est l'autorisation pour l'utilisation commerciale et de la disponibilité en vrac.

    Cela aidera à obtenir ces Conseil hors du domaine d'amateurs, Raspi a innové sur cela avec le module raspi.

    A bientôt,
    Amit

    • Hi Amit
      That’s a good idea. Do you know cards that are not available for a commercial use ? For the bulk availability, sure that most cards do not have the « commercial » power like the Raspberry but i guess that chinese manufacturers can easily handle huge requests (Orange Pi, Banana Pi, etc.)